La Cité des femmes : les gens aiment bien

La Cité des femmes poursuit son cheminet : rencontres, dédicaces et tutti quanti !

 

Rencontre chez Filigrane avec Myriam Leroy (et aussi Thomas Gunzig avec un air farouche)

Lors de l’émission Livrés à domicile

Dans Le Figaro, Frédéric Beigbeder décrit  La Cité des femmes comme « un roman de formation, une éducation sentimentale romaine, du gonzo-Proust au pays de la dolce vita ! (…) Un livre tendre sur la gratitude, la rareté des grands artistes, la folie bienfaisante qu’ils dispersent sur tous ceux qu’ils croisent » ; David Courier de LCR en a fait son « livre coup de cœur », Nicolas Crousse du journal Le Soir le dépeint comme « une tragédie qui doit autant à Kafka qu’à la comédie italienne », comme « un roman très inspiré, un mélodrame grinçant, une farce triste avec du sentiment. » « C’est dans cet entre-deux, sur papier casse-gueule, que l’écrivain trouve le ton, juste, original, parfois même déchirant » conclut-il.

 

Le livre s’est aussi vu décerner le Prix Felix Denayer par l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique.

Hourra !

Le livre est disponible dans notre beau petit magasin en ligne (chaque exemplaire acheté comprend une dédicace bonnarde et pleine d’esprit)